Monuments à antennes en V.

Ici, plus voluptueuse et plus inutile est la vie, et moins difficile est la mort. (André Gide).

 

Le grand monument en V de la plaine d' Afara.

Il existe au Sahara un monument en pierre sèche aussi impressionnant par sa taille que les tumulus à couloir et enclos. Il est cependant difficile à classer car il n' abrite pas systématiquement une tombe et peut apparaître plus comme un édifice culturel qu' une sépulture. Il s' agit des monuments "à antennes en forme de V".

On regroupe sous ce terme des structures que l' on peut décrire comme des plate-formes circulaires bordées par deux bras à cotés parallèles formant une sorte de "V".

Ces monuments sont de taille variable, certains ont des antennes de quelques mètres, il en existe par contre de gigantesques. Le plus grand que nous ayons observé se situe au sud-est de la plaine d' Afara et possède des antennes d' environ 200 mètres. Il s' agit certainement du plus grand monument de ce type de tout le Sahara.

 

La plate-forme circulaire à l' intersection des antennes.
Détail de la plate-forme circulaire dallée.
Détail d' une antenne.

Construit avec les pierres de basalte sombre provenant des coulées de lave des volcans de l' Adrar N' Ajjer tout proche, il oriente ses antennes vers l' est et les contreforts du plateau. Il s' insère dans un paysage grandiose qui incite à la méditation et au sentiment religieux.
"Ce lieu nous semble avoir été un territoire sacré pour les Paléoberbères, la lune et le soleil s' élevant juste en face, derrière les reliefs découpés de la falaise. Un spectacle d' une émotion sans pareil qui nous fait atteindre au plus profond du sentiment religieux." (Malika Hachid. Les premiers berbères).

L' orientation des antennes, données par la bissectrice de l' angle qu' elles forment, est assez systématiquement vers l' est. Une étude sur l' orientation des monuments de ce type au Fezzan en Libye ( Y. et C. Gauthier, Sahara N° 11) donne une distribution semblable à celle issue des études sur les monuments en "trou de serrure" réalisées au Fadnoun et au Niger, avec des bissectrices situées dans l' intervalle balayé par le soleil levant aux différentes époques de l 'année. Cette étude semble confirmer l' hypothèse d' une orientation solaire.

Cette étude révèle aussi que l' angle d' ouverture des antennes est compris entre 75° et 140° et que leur longueur varie entre 3 et une centaine de mètres (75 m au Messak et 110 m dans l' Immidir). Un monument en V situé vers TI-n-Tarabin possède des antennes qui mesurent respectivement 162 et 187 m.

Une partie centrale se trouve en général à l' intersection des antennes. C' est en généréral un cercle mais pas toujours. En Immidir notamment ces parties centrales sont aplaties dans la partie Est avec un renflement léger et des pierres plus hautes en bordure. L' intérieur de ce cercle peut être vide ou bien entièrement dallé.

Il ya fréquemment des pierres dressées au bout des antennes.

Quelques fouilles ont montré que que le cercle pouvait contenir une tombe, mais ce n' est pas systématique. Deux dates sont données pour des monuments de ce type dans l' oued Tanezzuft en Libye , 3540 et 3030 BP (LERNA S., MERIGHI F., SIVILLI S. 2002) , ce qui n 'est pas suffisant pour le situer chronologiquement.

Des auteurs ont été tentés de rapprocher ces monuments en V des monuments "à couloir et enclos" ou en "trou de serrure", peut être à cause de leur taille.Mais les datations, 3000-3500 BP pour les monuments en V, entre 4500 et 5600 BP pour les "couloir et enclos" (mesures effectués au Niger par F. PARIS) laissent peu de chance à une utilisation contemporaine de ces deux types de monuments. De plus on a trouvé vers I-n-Eker un monument en V superposé à un "couloir et enclos" ( Y. et C. Gauthier: Chronologie relative de trois types de monuments de l'Immidir: monuments à antennes en «V», goulets et monuments en «trou de serrure» Sahara N° 14).

Les aires de distribution sont quelque peu différentes, Tassili N'Ajjer et Fezzan pour les "V", Tassili N'Ajjer et Immidir pour les "couloir et enclos". On peut donc penser que chacun de ces monuments est associé à un groupe culturel distinct et que l'un précède l' autre.

Cercles de pierres. Ifédaniouène.

Anneaux et cercles concentriques.

Relativement à d' autres architectures, ces anneaux à cercles concentriques sont peu fréquents. Le cercle, qui a presque toujours un contour parfait, est constitué de un à six contours de emboîtés. Certains peuvent comporter une annexe centrale rectangulaire ou circulaire.

Les quelques fouilles opérées sur ces architectures ont toujours été sans succès ce qui semble exclure une vocation funéraire.

Il semble que ces cercles de pierres étaient plutôt des structures culturelles avec une fonction rituelle. Ils représentaient peut être des espaces sacrés dans lesquels les hommes du néolithique accomplissaient les gestes rituels, prières ou sacrifices.